Réussir son CV

Nombreux sont celles et ceux qui rédigent « un CV ». C’est une erreur : il faut en rédiger plusieurs, et en adapter le contenu en fonction de l’employeur qu’on veut séduire ou de la fonction qu’on veut exercer.

  1. Un outil de marketing…

Impossible de postuler sans CV, bien évidemment. Mais pourquoi ? Parce qu’il s’agit de « la » clé indispensable pour obtenir un entretien d’embauche. Le CV est donc avant tout un exercice de marketing : il faut séduire le recruteur, et lui donner l’envie d’aller plus loin en vous invitant à l’étape suivante : la procédure de sélection en bonne et due forme.

Votre CV, pour séduire, doit être efficace. Pensez à celles et ceux qui, dans le cadre d’une procédure de recrutement, vont devoir en lire des centaines ! Il faut donc à tout prix que les éléments essentiels sautent aux yeux, et seulement ces éléments essentiels. Or, ceux-ci varient d’une entreprise à l’autre, d’une fonction à l’autre. C’est la raison pour laquelle vous devrez régulièrement adapter votre CV : il doit répondre concrètement au besoin exprimé.

  1. Adapté aux besoins du recruteur…

L’entreprise qui recrute a, par définition, un problème : elle doit trouver la bonne personne pour exercer une fonction. Cette fonction, le recruteur a pris soin de bien la décrire dans son annonce dans un but évident : susciter des candidatures utiles et trouver une solution. S’il recherche quelqu’un qui connaît l’allemand, il est donc franchement inutile de souligner que vous avez suivi des cours d’espagnol…

N’hésitez pas à détailler, dans le CV, vos compétences réellement utiles. Si vous avez travaillé en tant que jobiste dans un magasin, expliquez en quelques mots quelles étaient vos responsabilités, ce que vous avez appris. Si vous étiez chef scout ou capitaine d’une équipe de rugby, expliquez quelles sont les compétences que vous en avez retirées.

  1. Dans le respect de certaines formes.

C’est curieux, mais c’est pourtant vrai. Des CV sont encore envoyés sans numéro de téléphone, sans date de naissance ! Avec des fautes d’orthographe, une photo de mauvaise qualité donnant au candidat l’air d’un repris de justice, avec un flot d’informations non structurées ou sans intérêt pour le recruteur. C’est pourtant si simple à réaliser que de telles erreurs ne vous seront pas pardonnées : votre CV sera tout simplement écarté..

AB - in BEV970x647

Dois-je dire toute la vérité, rien que la vérité ?

Il y a le « vrai mensonge » et le mensonge par omission. Le premier est à éviter à tout prix : il sera certainement repéré (les recruteurs traquent les incohérences, en particulier via le Net et les réseaux sociaux) et vous mettra directement hors-jeu pour cause évidente de manque de confiance. Si ce mensonge n’est pas repéré à la lecture du CV, il risque fort de l’être lors des éventuels entretiens de recrutement…

Quid du mensonge par omission ? Oublier de justifier un trou d’une année par exemple ? C’est en réalité tout aussi dangereux, car cela va évidemment éveiller l’intérêt du recruteur… qui ne manquera pas de vous interroger. Ne cachez pas que vous avez bissé : vous n’êtes pas le seul dans ce cas. Vous avez raté deux fois dans deux orientations différentes ? C’est plus délicat mais vous avez mis du temps à trouver votre voie et finalement vous avez quand même obtenu un diplôme. Quoi qu’il en soit, vous avez beaucoup moins à perdre en jouant la franchise qu’en pratiquant le mensonge…